2019 - 2020 | Conception - réalisation : Dispositif de dessin participatif Traces, nos visages


Diffusion : milieux communautaires (Montréal et Québec), Université populaire – CELAT (Qc), Festimonde (Qc), MNBAQ (Qc)



2019 Réalisation, 2021 Sortie officielle du film Apparaitre


Film (55′) sur l’art comme alternative dans le milieu de la santé mentale. Lieux de tournage :


à Québec : Pech-Sherpa / Vincent et moi / MNBAQ


à Montréal : Prise 2 / Les Impatients / MBAM



2018 - 2019 | Réalisation de la série de films Créateurs de lien


Première diffusion des films Créateurs de liens, février 2019 au MNBAQ


FILMS DÉSORMAIS ACCESSIBLES sur La Fabrique culturelle.


« Francine Saillant et Fanny Hénon-Levy réalisent un ensemble unique de quatre vidéos autour de projets d’artistes de la ville de Québec, dont les oeuvres participatives font apparaître de riches expériences de la diversité. »


Emmanuel Delly, Geneviève Duong, SENRIN, Truong Chanh Trung et Giorgia Volpe partagent, dans un dialogue social et artistique, l’idée d’une société inclusive et ouverte. Projection en présence de l’équipe de réalisation, des artistes et des participants, suivie d’une discussion.


visuel 02b


Ce projet-bénéficie du soutien financier du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et de la Ville de Québec dans le cadre de leur entente portant sur l’immigration.


2019 | Dispositif de dessin participatif NOUS, dess(e)in


Installée à l’Écomusée du fier monde, Montréal, dans le cadre de l’exposition InterReconnaissance – Une mémoire citoyenne se raconte. (jusqu’au 3 fév. 2019)


Photos : Daphnée Bouchard, Écomusée du fier monde



2018 | Dispositif de dessin participatif NOUS, dess(e)in


Première sortie lors de http://www.universitepopulairequebec.ca/ organisée par le CELAT Québec, juin 2018, Place de l’Université, Québec



Idéation et direction artistique Fanny H-Levy, Conception sonore Sarah Bourdages-Duclot, Fanny H-Levy, Réalisation  de la structure André Jean, Fanny H-Levy


Ce dispositif s’inscrit en continuité du dispositif participatif Je (me) dessine à travers toi, réalisé en mars 2018 à Paris dans le cadre des Rencontres entre art et anthropologie initiées par l’artiste et anthropologue Francine Saillant.


Dispositif visuel et sonore, NOUS, dess(e)in invite par le dessin à la création d’un portrait mutuel réalisé par deux personnes participantes placées face à face.


NOUS, Dess(e)in invite à regarder, observer, mettre à découvert nos visages, confronter nos inhibitions et questionner les masques de nos intimités. Le dispositif questionne à la fois l’impossible et les possibles de la rencontre, mettant en jeu le regard réciproque porté sur l’altérité et le dessin comme trace sensible de la rencontre.


Résistant à l’agitation grandissante de nos quotidiens et au caractère invasif des nouvelles technologies dans nos rapports interpersonnels, ce dispositif propose une parenthèse temporelle et un lieu de présence physique à l’autre.


« Dessein » est en évocation, en plus de l’homonyme qu’il présente à dessin, aux sphères intimes, sociales, politiques ou sacrées. Le dessin a notamment le dessein de rendre « l’action visible ».

2018 | Publication Cahiers ReMIX


Publication dans le cadre d’un dialogue entre l’art et l’anthropologie. Ou comment réfléchir une résonnance réciproque pour comprendre le réel…


LIRE L’ARTICLE


Hénon-Levy, Fanny. 2018. « Notes autour d’une installation ». Dans Les mises en scène du divers. Rencontre des écritures ethnographiques et artistiques. Cahier ReMix, n° 09 (11/2018). Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/remix/notes-autour-dune-installation>.


2018 | Installation in situ et participative Je me dessine à travers toi


DANS LE CADRE :« Rencontres entre écritures ethnographiques et formes artistiques, Les mises en scène du divers », mars 2018, EHESS, Paris


Idéation et direction artistique Fanny H-Levy, Réalisation  de la structure Bernard Mueller, Fanny H-Levy


Deux participantEs se placent d’un côté puis de l’autre de la surface en tissu. L’un des participantEs est invité à tracer/dessiner librement, en simultané avec l’autre. Les deux participantEs ne se voient pas mais par un jeu de transparence et de lumière se distinguent et peuvent suivre le geste de l’un et l’autre. Au sol, un papier ‘capte’ les traces multiples de passages des participantEs.


Ainsi, par un jeu de miroir qui permet tout à la fois de jouer la dissemblance et la ressemblance de l’autre, la trace de l’un influe et guide celle de l’autre. La rencontre se fait par l’échange de dessin et l’écoute attentive des gestes de l’autre. Par un geste anodin qui se situe volontairement dans une économie de moyens, je souhaite ici parler du lien, de sa trace et de son caractère interactif.



2017 | Projet médiation culturelle & de création Rêve Diurne


VOIR LE VIDEO



Rêve diurne est une installation artistique, visuelle et sonore résultant d’un projet participatif de médiation culturelle. Issu de la collaboration de deux artistes de la ville de Québec, Fanny Hénon-Levy et Alexandre Berthier, ce projet intègre des personnes vivant des problématiques de santé mentale autour de trajectoires imaginaires et d’univers oniriques.


Participants / Christine Turgeon, Thérèse Breton, Natacha Morneau, Michel Viel, Francine Tourigny, Geneviève Faucher, Paulette Landry, Hélène Pelissier


Idée originale et conception visuelle / Fanny H-Levy, artiste en arts visuels


Conception sonore / Alexandre Berthier, artiste en arts visuels et médiatiques


Animation des ateliers de création / Fanny H-Levy et Alexandre Berthier


Co-Production / Centre d’artistes Avatar et Organisme Pech


Lieux de diffusion / Espace Galerie de Pech et Musée de la civilisation


Deux volets de l’œuvre seront exposés simultanément en deux lieux;  à l’Espace Galerie Sherpa du 18 mai au 21 juin 2017 et au Musée de la civilisation dans le cadre de l’exposition Cerveau à la folie du 16 mai 2017 au 11 mars 2018, le projet est le fruit d’une collaboration entre le centre d’artistes Avatar et l’organisme Pech.


INSTALLATION ESPACE GALERIE SHERPA



OEUVRE VISUELLE MUSÉE DE LA CIVILISATION -co-présentée avec la création sonore d’Alexandre Berthier



 


2016 - 2017 | Projet de médiation culturelle Être de passage


Visuel Être de passage


Dans le cadre de la Manif d’art 8, activité satellite présentée par le Programme Vincent et moi (CIUSSS)


Lieu: Galerie Vincent et moi & corridors adjacents, ville de Québec, Qc, CA / 17 mars – 21 avril 2017 / Vernissage participatif


Conception, direction artistique et animation des ateliers d’arts visuels  : Fanny H-Lévy / Réalisation des oeuvres présentées dans les corridors: artistes de Vincent & moi / Conception et animation des ateliers d’écriture : Erika Soucy / Conception sonore : Bianca Néron / Chargée de projet et coordination : Stéphanie Mélançon


Être de passage est une installation interactive qui propose une approche corporelle et expérientielle du passage comme lieu de transition, comme point de basculement entre équilibre et déséquilibre.


Cette proposition artistique invite à une réflexion sur le caractère éphémère de la joie et des sentiments en général. Réfléchir donc, et vivre poétiquement le balancement perpétuel du corps.



Direction artistique Être de passage



Être de passage s’est construit autour du passage physique dans un lieu, traverser un lieu. Le point de départ de mon idée a donc débutée à partir des couloirs de l’institut en santé mental, ses espaces, ses odeurs, ses sons, etc… Le passage dans ces lieux de transit, furtifs, couloirs « transitoires », là où le flux migratoire est sans cesse en mouvement, là où l’on ne reste pas. Ce lieu de transition d’un lieu à un autre.



Avançant dans cette réflexion sur le passage, s’est associée l’idée qu’être de passage est directement rattachée à l’apparition et de fait, la disparition. Cet instant de basculement de l’un vers l’autre, ce point de dés-équilibre. Basculement spatio-temporel, dans l’espace oui, et plus génériquement, dans le temps donc, dans un temps donné ou pas.



La temporalité est au cœur de cette notion de passage puisque d’un état « je passe » à l’autre, d’un présent je passe au passé, « passer vers » un futur. Temporalité et corps en mouvement. L’instant dans son caractère intrinsèque est furtif et « passager » : apparaître/disparaître c’est être en constante mobilité (même dans l’immobilité).



Ainsi, la proposition a naturellement aboutie vers des installations invitant le spectateur a vivre ce mouvement, ces espaces de transition que ce soit par le son, par des jeux d’ombres et lumières ou les oeuvres créent par les artistes de Vincent et moi.




2016 | Murale quartier Saint-Roch


Immeuble à l’abandon et insalubre qui depuis de nombreuses années traîne sa façade crasseuse dans notre rue… je décide d’intervenir sur les panneaux que des ouvriers viennent d’installer sur les fenêtres, je prend ça pour un appel. Gabrielle Bélanger, artiste de Québec qui est alors ma voisine, collabore à ce projet réalisé de manière autonome.


La direction artistique de la murale est d’évoquer l’attente, la vacance, le passage du temps et poser l’abandon en milieu urbain comme leitmotiv.


Lieu : Ville de Québec, Qc, CA



2015 | Présentation et ateliers de dessin expérimentaux


Lieu : Ville de Québec, Qc, CA